Nexus fonts, première rencontre

Publié le 27 Février 2019

Pour visualiser mes polices, j'utilisais V FONT depuis des années. Déception récente, V Font m'indiquait à chaque ouverture que telle ou telle police avait été supprimée de mon ordi, et qu'elle serait donc supprimée de V Font... Alors que je n'avais pas supprimé la police ! Cela n'en concernait pas beaucoup, mais j'hésitais entre la supprimer (puisque je ne pouvais plus la visualiser sur V Font) ou la conserver et garder mon tableur en secours.. Un peu trop lourd comme procédé ?

Je suis retournée sur Comment ça marche chercher des infos, et j'ai trouvé un conseil concernant Extensis Suitcase Fusion, que j'ai tenté de télécharger gratuitement - sans succès. Il est proposé en version d'essai, ou bien semble gratuit dans un premier temps mais - après téléchargement et installation - un message vous annonce qu'il s'agit aussi d'une version d'essai (et la version payante est proposée à 119 €, mazette !!

J'ai terminé par faire ce par quoi j'aurai dû commencer, aller consulter Yapluka ; bien sûr la réponse avait déjà été communiquée depuis longtemps par "Clin d'Oeil", et j'ai téléchargé Nexus en fin d'après midi

Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur son blog, http://www.clindoeilartistic.f 

En dehors du fait que VFont semblait fatigué, Nexus présente de gros avantages. On peut 

* choisir le texte et la taille du caractère qui servira à visualiser la police (contrôler si l'accent est visible ou gêne la frappe, etc)

*  désinstaller la police directement depuis ce logiciel

* à priori, visualiser des polices non installées, avant de choisir de le faire ou non (l'aperçu n'étant pas toujours correct, je ne suis pas sûre que cela représente un intérêt ... en tout cas pour mon utilisation assez simpliste)

* dans le cadre en bas à droite,  contrôler le concepteur de la police (et éviter une suppression malencontreuse !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par monik

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article