Onenne

Publié le 12 Mars 2016

repère 111 / positionnement a1

sculpture 2018

**********

sculpteur Seenu Shanmugam

 

photo personnelle /

La statue me faisait plutôt penser à la légende qui entoure Klervi, aussi j'ai complété mes recherches..  chouette, bonne pioche avec l'encyclopédie de Brocéliande ( .. ci-dessous, ma libre interprétation de ma lecture) 

En bref : menacée de viol, elle est sauvée par des cannes sauvages qui attaquent le criminel et alertent les soldats par leur cris.

Soeur de Judicael, Elle eut pour parents Juthaël et Pritelle, roi et reine de Domnonée ; c'était la plus jeune de leur vingt enfants, et elle était douée de qualités nombreuses.

Conduite auprès d'un ermite, il la bénit et prédit « Chère petite sainte, ton pays à toi n’est pas de ce monde, et tu t’en iras de bonne heure dans ta douce patrie."

Onenne redoubla de piété.

Le temps passe, les parents décèdent et un tuteur assassine 7 des enfants pour tenter de s'emparer du trône. Judicaël est caché dans le monastère de St Meen. Onenne, épargnée (c'est une fille), se retire à Tréhorenteuc avec ses soeurs.

Le temps passe, Judicaël remonte sur le trône, les frangines récupèrent leur liberté. 

Lors d'une chasse, Judicaël et ses compagnons s'égarent. Ils sont recueillis par un bûcheron, qui leur offre du pain. Judicaël décide de bâtir sur ces lieux un monastère, qui sera nommé Pain Bon (le futur Paimpont). Plus tard, il se maria à Moroné

Onenne continuait sa vie de gentillesse et de charité, elle offrait son or et ses soins aux pauvres et aux malades.  Son influence était grande dans cette terre païenne, et suivant son exemple, beaucoup se convertirent au christianisme. Elle était belle aussi, mais elle voulait Jésus Christ pour seul époux, et elle rejetait ses prétendants.  

Judikael avait offert un territoire à Léri, son chapelain, pour qu'il y construise son monastère. En venant lui rendre visite, Onenne se souvint de l'ermite rencontré au même endroit dans son enfance, elle en fut si émue qu'elle demanda sa bénédiction à Léri, et s'enfuit.

Sur le chemin du retour vers Tréhorenteuc avec ses amies, elle fut soudainement attaquée par l'un des hommes dont elle avait refusé les propositions de mariage. Toutes ses compagnes moururent sous les flèches, elle était menacée de viol. Onenne lève les yeux au ciel et prie . Aussitôt, des canes sauvages fondent sur l'agresseur en faisant un tel bruit que des soldats, passant là par hasard, accourent, sauvent la princesse,   tuent le criminel et ses complices.

Mais Onenne, en se défendant, avait usé ses forces. Ramenée chez elle, elle délire pendant plusieurs jours. Seule la communion lui apporte un soulagement, mais des larmes coulent sans cesse de ses beaux yeux. Son sang se décompose, l'enflure se propage, et elle meurt.

 On l'invoque en cas d'hydropisie (oedème), dont elle est morte. On peut aller boire l'eau de sa fontaine, à Tréhorenteuc,, où y tremper sa chemise, que l'on remet sans la sécher..

 

 

 

Rédigé par monik

Publié dans #0 vds

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article