Claude Rizza

Publié le 14 Janvier 2009

LE GAMIN DE LA RUE DE LA CROIX

Un gamin se retrouve orphelin de père à 6 ans, la misère la plus noire le guette  ;

Je l'ai lu sans presque le lâcher, et à la fin j'avais une impression mitigée ; trop de bons sentiments avec en fond une belle histoire ... Mais en même temps, comment ne pas se laisser emporter par la philosophie du personnage d'Aaron Berstein 

"Tu ne peux pas savoir le nombre de belles occasions que chacun d'entre nous laisse passer par manque d'audace. Il n'est pas homme sur cette terre qui n'ait vu, un jour ou l'autre, s'ouvrir devant lui un chemin éclairé par les lumières de la Providence. Le téméraire s'y aventure. La plupart de nos semblables détournent le visage."

 "Apprenez, mon garçon, qu'il est plus important de réussir sa vie que de réussir dans la vie",

"Il y a un temps pour pleurer ses morts. Et un temps pour les retrouver dans le souvenir des moments de joie que nous avons partagés avec eux. (..../...) Conserver à ses morts une place dans son esprit et dans son coeur, ne pas les enterrer une seconde fois en les oubliant, et reprendre l'histoire de sa vie : telle est  l'idée que je me fais de l'honnête homme ayant à affronter ce malheur, hélas ordinaire, que nous réserve la disparition d'un proche"

 

 

Rédigé par monik

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article